Comment examiner une chaîne de distribution ?

Dans l’univers automobile, il existe deux systèmes de distribution.

Historiquement, les premiers véhicules disposaient tous d’une chaine de distribution. Puis, au cours des années 1960, de plus en plus de constructeurs de voitures se sont tournés vers un système innovant issu de la machine à coudre : la courroie de distribution.

Aujourd’hui, nous aborderons une problématique connue de tous les propriétaires d’auto à chaine : comment procéder à son inspection ?

Qu’est-ce qu’une chaine de distribution ?

Pour comprendre le rôle d’une chaine de distribution, il faut en premier lieu s’intéresser au fonctionnement du moteur. Celui-ci décrit quatre étapes ou « temps ».

1— L’admission : tout d’abord, la soupape d’admission s’ouvre, le piston descend et aspire un mélange composé d’air (filtré et provenant de l’extérieur) et de carburant.

2— La compression : ensuite, les soupapes d’admission et d’échappement se bloquent, un piston comprime alors le mélange d’air-carburant.

3— L’explosion : La bougie de la voiture émet une étincelle, le gaz compressé explose et entraine le piston vers le bas.

4— L’échappement : pour terminer, la soupape d’échappement s’ouvre, le piston remonte et entraine avec lui la bielle et le vilebrequin. Cette pièce transforme le mouvement de va-et-vient en un mouvement de rotation.

Dans un véhicule, la chaine fait partie du système de distribution. Elle occupe donc une place importante dans le fonctionnement du moteur. En effet, celle-ci a pour rôle de synchroniser les éléments du moteur de sorte que le mouvement se déroule de manière ordonnée et répétée.

Quelles sont ses caractéristiques ?

La chaine de distribution a beaucoup de ressemblances avec celle d’un vélo : elle remplit une fonction équivalente et est constituée de plusieurs maillons métalliques en acier.

Le maintien d’une chaine se fait par l’intermédiaire de patins et caoutchouc et d’un tendeur hydraulique se trouvant à proximité du filtre à huile.

Cette localisation n’est pas due au hasard, en effet c’est la pression de l’huile moteur qui assure la tension de la chaine.

La chaine de distribution a été pensée pour avoir la même durée de vie que la voiture en elle-même. Il est donc plutôt rare de devoir la remplacer. Cependant, il est important de respecter un contrôle régulier (au moins tous les 200 000 kilomètres).

Quels sont les inconvénients de la chaine de distribution ?

La chaine de distribution a été pendant le système préféré par les constructeurs en raison de sa robustesse et sa longévité.

Toutefois, avec l’apparition de la courroie en caoutchouc au cours des années 1960, la chaine a perdu son hégémonie, et ce pour plusieurs raisons :

  • La chaine est en métal. Non seulement elle est donc plus chère à produire, mais aussi elle est plus lourde.

Cela se traduit par une surconsommation de carburant, car le moteur est davantage sollicité.

  • De plus, il n’est pas possible de faire fonctionner une chaine sur un véhicule disposant d’un moteur peu puissant.

Comment vérifier l’état d’une chaine de distribution ?

Pourquoi faut-il le faire ?

À l’instar de la courroie, lorsque la chaine de distribution lâche, elle désynchronise le mouvement des pièces qui peuvent alors s’entrechoquer les unes contre les autres.

Dans le meilleur des cas, il sera nécessaire de remplacer certains éléments, au pire le conducteur devra acheter un nouveau moteur.

Pour éviter d’en arriver là, il faut suivre quelques précautions.

Présence de bruits étranges ?

Le premier symptôme d’une chaine de distribution défaillante « s’écoute ».

Dans des conditions normales, la chaine produit un son régulier et léger.

Si elle est desserrée, son mouvement va provoquer des vibrations à l’intérieur du moteur. Le conducteur assistera alors à l’apparition de sons inhabituels. Bien souvent, il entendra un son de cliquetis ou hochet au démarrage de la voiture, notamment lorsque le moteur tourne au ralenti (moins de 3500 tours par minute).

Il sera nécessaire d’amener son auto dans un garage ou de procéder soi-même à une vérification visuelle et auditive. Pour cela, les professionnels utilisent un stéthoscope de mécanicien, très similaire à celui manié par le corps médical de manière à localiser la panne.

Vérification manuelle

Cette intervention n’est malheureusement pas à la portée de tout le monde. En effet, l’accès à la chaine de distribution est compliqué, il faut parfois démonter plusieurs éléments.

La vérification manuelle se fait de deux manières.

Tout d’abord, il sera nécessaire d’inspecter la chaine. Celle-ci ne doit comporter aucune trace d’oxydation, les patins en caoutchouc ne doivent pas être détériorés et il faut également s’assurer que la pompe à huile soit opérationnelle.

Ensuite, il faut contrôler l’allongement de la chaine, celle-ci est un des symptômes d’usure.

Pour cela, il sera nécessaire de mesurer le décalage en degrés de distribution. Puis, il faudra regarder le cahier d’entretien du véhicule. Ce dernier indique le décalage normal qui est propre à chaque marque et modèle.

De plus, le cahier d’entretien mentionne la périodicité de cette opération (en nombre de kilomètres ou années).

Doit-on changer une chaine de distribution ?

Le remplacement d’une chaine de distribution reste très rare.

Cet élément a été conçu pour avoir la même durée de vie que la voiture à condition de respecter un entretien minutieux : vérification visuelle et vidange d’huile moteur fréquente notamment.

Cette intervention doit être réservée à un professionnel. Non seulement, elle requiert des compétences et des connaissances spécifiques, mais, en plus, certains outils propres à chaque véhicule seront nécessaires : piges de calage, clé Allen ayant une « empreinte à denture multiple » ou un arrache-moyeux universel.

Dans certains cas, il sera inévitable de retirer d’autres éléments du moteur comme la pompe de refroidissement, le pignon d’entrainement de l’arbre à cames, la poulie du vilebrequin, le carter…